Interview

Interview : « Ce qui me plaît particulièrement, c’est de pouvoir enfin donner accès à la littérature aux enfants dys »

A Nantes, le collège Blanche de Castille est équipé de la bibliothèque SONDO.
Mme Denaquard, professeur en classe ULIS, nous en dit davantage sur ses pratiques pour aider les élèves à besoins éducatifs particuliers, et sur la manière dont SONDO s’inscrit désormais parmi elles.

 

Test SONDO Blanche de Castille Nantes 3

 

Que faites-vous de manière générale dans vos pratiques pour aider les élèves DYS ?

Pour mes cours, je n’utilise pas de manuels, je crée tout moi-même. donc je bidouille pour adapter les documents que je leurs propose : augmentation de la taille du texte, police type opendys ou comics sans MS.Je vais même jusqu’à mettre des syllabes à la couleur, en utilisant des logiciels pour ça comme lirecouleur ou opendyscolor.Je pars du principe que ça peut être utile à tous et en tout cas non nuisible, donc je fais l’adaptation pour tous les élèves.

Utilisez-vous des manuels en classe ?

Je récupère les élèves dans ma classe après qu’ils soient passés par la classe ordinaire en classe entière. J’ai besoin de reprendre avec eux ce qui a été vu en classe. Dans ce cas là, je peux travailler sur le manuel de classe avec l’élève et lui relire son cours, revoir avec lui les notions peu comprises.

Vous venez de découvrir la bibliothèque numérique SONDO, qu’en avez-vous pensé?

Je trouve ça formidable. Ce qui me plaît particulièrement, c’est de pouvoir enfin donner accès à la littérature aux enfants dys. On peut toujours bidouiller des extraits, des bouts de textes ou des fiches…Mais là, on donne accès à tout le roman existant, comme les classiques Molière, Corneille, Maupassant… et les livres sont tout prêts à être consultés : avec la police qui va bien, avec la colorisation de syllabes tout de suite disponible, avec l’audio…. J’ai également beaucoup apprécié l’outil « dictionnaire », car mes élèves manquent cruellement de lexique. Pouvoir simplement cliquer sur le mot pour obtenir le sens, c’est un vrai plus pour eux. Les inférences aussi sont problématiques pour eux, donc les aider à identifier les pronoms « ils, les, eux »…. va véritablement les aider dans leur lecture.

Je noterai un obstacle tel que je le vois actuellement : le niveau des livres. On est sur des livres très « scolaires » et niveau collège ou plus. J’aurai besoin de livres plus 1er degré pour arriver à les amener dans la lecture d’un livre entier.

 

 

Un grand merci à Madame Denaquard et au collège Blanche de Castille, qui soutiennent la bibliothèque SONDO depuis ses débuts.
Des titres de littérature jeunesse, notamment des éditions Hachette / Livre de Poche, arrivent très prochainement sur la bibliothèque SONDO !